Compte-rendu de l’Assemblée Générale du samedi 8 décembre 2018

OLES JAPON
Section Consulaire
Ambassade de France
4-11-44, Minami-Azabu
Minato-ku, Tokyo
cropped-logo-provisoire.png

OLES JAPON
Compte-rendu de l’Assemblée Générale
du samedi 8 décembre 2018

 

Date : samedi 8 décembre 2018
Horaire : 14h30
Lieu : Maison Franco-Japonaise, salle 601

Nombre de participants : 45   (Membres présents : 24 ; Membres représentés : 21) 

Déroulement :

  • Rapport moral par le Président
  • Mot de M. l’Ambassadeur
  • Rapport d’activités par les deux Vice-Présidents : évocation des cas traités par l’OLES JAPON depuis la dernière Assemblée Générale
  • Rapport financier par le Trésorier
  • Présentation et explications par la Secrétaire Générale de la transformation des statuts de l’OLES JAPON en Ippan Shadan Hojin de droit japonais qui devra prendre effet en janvier 2019 et dont la décision avait été prise et actée par un vote lors de la dernière Assemblée Générale du 18 mai 2017. Vote pour donner mandat au prochain Conseil d’Administration de valider ou non l’adoption des statuts proposés.


Le samedi 8 décembre 2018, à Tokyo, les membres de l’association OLES JAPON se sont réunis en salle 601 de la Maison franco-japonaise en Assemblée Générale ordinaire sur convocation du président Yves ALEMANY datée du 16 novembre.

La séance est ouverte à 14h30.

Ouverture

Yves ALEMANY, Président de l’association, ouvre la séance et remercie les Membres présents d’avoir bien voulu assister à cette Assemblée Générale, particulièrement Madame Cécile SAKAI-MINK, Directrice de l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise, qui a cette année encore bien voulu accepter d’accueillir dans ses locaux l’Assemblée Générale, Monsieur Laurent PIC, Ambassadeur de France au Japon, Madame Marie Hélène TEYLOUNI, Consule de France au Japon, ainsi que pour leur soutien constant et unanime les Conseillers Consulaires présents (François ROUSSEL) ou représentés (Evelyne INUZUKA, Thierry CONSIGNY) ; ainsi que les représentants présents des associations fondatrices (UFE, FDM-adfe, AFJ, AFFJJ, Scienscope, FPFRE).

Rapport moral par le Président Yves ALEMANY (résumé)
(lire le texte intégral)

Dans son rapport moral le président de l’OLES JAPON, Yves ALEMANY, souligne le rôle de l’OLES JAPON pour la cohésion de la communauté française au Japon et comme « acteur de la solidarité de proximité » auprès des compatriotes rencontrant des situations de détresse ou d’urgence au Japon.
Il souligne la coordination étroite et la complémentarité de l’action de l’OLES avec celle des services consulaires, qu’il seconde, complète et prolonge.

La force de l’OLES tient à sa nature d’ « association citoyenne pluraliste », à sa gouvernance basée sur le dialogue et le respect mutuel, et à son éthique basée sur le bénévolat : « chaque yen » versé à l’OLES sert donc intégralement à financer les besoins d’aide sociale.

Il faut noter cependant que la majorité des cas ne nécessite pas d’aide financière (seuls 5 cas avec aide financière sur les 32 traités au dernier exercice). Selon les cas l’OLES offre d’abord un soutien moral et un soutien en termes d’informations. En cas de besoin financier avéré, ce n’est qu’après avoir épuisé les possibilités familiales et les ressources de l’aide sociale japonaise qu’un prêt d’honneur sans intérêts est envisagé.

La moitié des réserves financières actuelles de l’OLES proviennent de fonds publics, mais si les dons issus de la réserve parlementaire (sénateurs et député) ont joué un rôle capital au moment de la création de l’OLES (63 000 euros au total) les contributions publiques sont désormais plus modestes : l’OLES a reçu en 2018 une subvention de 1500 euros au titre du Conseil Consulaire de la Protection et de l’Action Sociales, et 4 500 euros au titre du STAFE pour la création d’un livret d’information sur le droit et les aspects culturels de la famille au Japon (les questions de mariage et de divorce étant une cause fréquente de recours à l’OLES). L’OLES s’efforce donc d’augmenter son auto-financement avec, en plus des cotisations et des dons, des initiatives comme le Cassoulet de la Solidarité de mars 2018 qui a rapporté 700 000 yens (environ 5000 euros).

Mais la première priorité de l’OLES est actuellement de finaliser les démarches pour obtenir le statut d’association japonaise : Ippan Shadan Hôjin conformément à la décision de la précédente Assemblée Générale. Dans ce but, le Président demande à l’Assemblée Générale d’accorder mandat au Conseil d’Administration pour approuver les nouveaux statuts (qui seront aussi proches que possible des statuts actuels) quand ils seront prêts courant janvier 2019.

Mot de l’Ambassadeur M. Laurent PIC (résumé)

Laurent PIC, Ambassadeur de France au Japon, adresse d’abord ses remerciements au président Yves ALEMANY pour l’hommage rendu par celui-ci au travail de l’Ambassade et des services consulaires en faveur des Français en difficulté, et pour l’action de l’OLES JAPON qui joue désormais un « rôle indispensable » pour les compatriotes ayant besoin d’aide au Japon, en coordination étroite et en complémentarité avec l’action de l’Ambassade : 

« Une communauté solidaire est un atout pour la promotion des intérêts de la France dans ce pays. (…) Il n’y a aucune contradiction entre la défense des intérêts de la France et la protection individuelle ».

M. l’Ambassadeur fait le point ensuite sur l’affaire de la disparition tragique de la Française Tiphaine Véron, sur l’action de l’Ambassade auprès des autorités japonaises, sur la communication régulière établie avec la police japonaise, et sur la coopération judiciaire désormais lancée.

Il évoque également en détail la question des conflits parentaux franco-japonais (et l’impossibilité, pour certains enfants de parents séparés, de tout contact avec l’un de leurs deux parents), l’implication constante et les initiatives de l’Ambassade de France sur ce douloureux dossier, mais aussi les difficultés liées à l’état de la législation et des mentalités au Japon. Les décisions de justice obtenues par application de la  Convention internationale de la Haye sur les enlèvements internationaux d’enfants ne sont souvent pas suivies d’effets. De plus, la législation japonaise ne comprend pas de dispositif qui permette d’assurer réellement les droits garantis par la Convention internationale des droits de l’enfant de l’ONU.

Les moyens de pression pour faire changer les choses sont une mobilisation coordonnée européenne (comme le rendez-vous d’avril 2018 avec la ministre de la Justice du Japon), où les ambassadeurs de France et d’Italie jouent un rôle déterminant, et des interventions directes fréquentes de l’Ambassade et du Consulat auprès du Ministère des Affaires Etrangères et parfois même auprès du Ministère de la Justice japonais.

M. l’Ambassadeur conclut en soulignant l’extrême mobilisation des services consulaires face à toutes les affaires de Français en situation d’urgence et de détresse, malgré une situation « limite » en terme d’effectifs suite aux récentes suppressions de postes.

Rapport d’activités par les deux Vice-Présidents : évocation des cas traités par l’OLES JAPON depuis la dernière Assemblée Générale

Michel LACHAUSSÉE et François ROUSSEL présentent un bilan des cas traités par l’OLES depuis sa création et durant l’exercice 2018.

98 cas au total ont été traités depuis la création de l’OLES JAPON en mars 2015.
2015 : 14 cas ; 2016 : 26 cas ; 2017 : 26 cas ; 2018 : 32 cas.

Parmi lesquels :

Demandes d’aide financières : 30 (accordées : 22)
Conflit familial : 25 (dont 23 concernant des couples franco-japonais)
Problème médical ou psychiatrique : 30 (18 cas médicaux et 12 psychiatriques)
Rapatriement : 15 dont 12 avec financement par l’OLES JAPON
Conflit du travail ou recherche d’emploi : 7
Disparitions : 4 (2 personnes jamais retrouvées, 1 décédée, 1 retrouvée)

Puis les 32 cas traités pendant le dernier exercice sont présentés un par un de façon résumée et anonymisée. Seuls 5 cas ont nécessité une aide financière (pour un montant total de 786 993 yens).

Rapport financier par le Trésorier

Conformément aux statuts de l’OLES JAPON Eric LAURENS, Trésorier de l’association, présente le bilan financier pour l’exercice précédent, soit du 1er janvier au 31 décembre 2017. 

Les recettes s’élèvent à 4,7 millions de yens (env. 37 000 euros), dont :
–     2,2 millions de yens de subventions provenant de la Réserve parlementaire (4 donateurs)
–     1,2 millions de yens de cotisations
–     0,7 million de yens de dons (Ambassadeur de France et association Français du Monde – Tokyo)
–     0,6 millions de Yens de remboursements de prêts

Les dépenses s’élèvent à 1,5 millions de yens (env. 12 000 euros), dont 99,8% en aides versées à 7 personnes (prêts d’honneur : 98,6% ; dons : 0,4%).

La trésorerie de l’association s’élève en fin d’exercice à 10,059 millions de yens (env. 79 000 euros).  

Présentation et explications par la Secrétaire Générale de la transformation des statuts de l’OLES JAPON en Ippan Shadan Hojin

Présentation et explication du projet de nouveaux statuts et du passage en Ippan Shadan Hojin, par Ayano KANEZUKA, Secrétaire Générale de l’association. Les statuts actuels ayant été rédigés en 2015 dans l’optique de faciliter un passage éventuel au statut de Ippan Shadan Hojin, les modifications à opérer sont assez minimes. Les nouveaux statuts seront aussi oproches que possible des statuts actuels. Les seules modifications seront celles rendues absolument obligatoires par la réglementation.

Le président Yves ALEMANY propose à l’Assemblée Générale de donner mandat au Conseil d’Administration pour valider les statuts définitifs lors de sa prochaine réunion en janvier 2019.

Votes

Il est procédé à trois scrutins à main levée.
Rapport moral : adopté à l’unanimité (45 voix/45).
Rapport financier : adopté à l’unanimité (45 voix/45).
Mandat accordé au Conseil d’Administration pour la future validation des statuts de Ippan Shadan Hôjin : adopté à l’unanimité (45 voix/45).

 

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 16h30.

Publicités