Message de Noël et du Nouvel An au Temps du Covid

Nous connaissons une fin d’année insolite, la magie de Noël se limitera cette année à plus de simplicité et moins d’artifices en raison de la capacité limitée à pouvoir se retrouver; nous formulons cependant le vœu pour que cette magie très particulière au temps de Noël et à laquelle nous sommes tous attachés quelques soient nos convictions religieuses opère tout de même dans les cœurs surtout des plus petits pour lesquels il est encore trop tôt pour les priver de leurs rêves.

Nous pensons à toutes les familles qui n’ont pas pu, comme chaque année, profiter de l’été pour retrouver leurs attaches familiales en France et qui auraient tant voulu pouvoir rentrer en France pour Noël, mais le re-confinement et la quatorzaine obligatoires compliquaient bien les choses; nous comprenons leur déception, les circonstances l’imposent. L’insouciance et la facilité des jours heureux doit cette année céder à la prudence pour que l’année prochaine il n’y ait plus ni barrières sanitaires ni géographiques et que nous puissions à nouveau nous réunir sans restriction et pouvoir nous embrasser avec chaleur. Même éloignés et même, si bien sûr, ce n’est pas tout à fait la même chose, grâce au développement du numérique, les grands-parents pourront tout de même échangés le jour de Noël avec leurs petits-enfants qui ont dû rester au Japon; l’émotion sera si forte pour les grands-parents et ce moment de pure gratitude et d’affection, laissera aussi le plus beau des souvenirs de Noël à nos enfants et petits-enfants !

Nous devons aussi penser à toutes celles et ceux qui seront vraiment seuls à Noël; l’OLES les a rencontrés, nous avons connu en 2020 une flambée de cas de détresses engendrés par la solitude morale et sociale liée aux conséquences de la Covid; ces cas représentent la moitié des appels à l’entraide reçus par l’OLES en 2020 : difficultés économiques, tensions familiales, angoisses de l’isolement sans possibilité de voyager pour rendre visite à sa famille… La crise sanitaire a révélé la vulnérabilité psychique et morale de plusieurs de nos compatriotes qui, aujourd’hui, se trouvent mentalement fragilisés.

Noël redevient donc cette année source d’un vrai ‘’Moment d’Attente’’… en cette fin d’année 2020 toutes les Nations se retrouvent  dans l’attente du ‘’monde d’après’’, encore imprévisible !

Les temps actuels sont déjà bien assez stressants pour ne pas adresser un message d’austérité, des jours meilleurs nous attendent en 2021 mais cela dépendra aussi beaucoup de nous !

2020 aura été une année inédite de craintes, d’angoisses et d’incertitudes à l’échelle mondiale que caractérise la pandémie de la Covid. Même si nous ne serons toujours pas complètement débarrassés de l’épidémie, 2021 devrait être l’année de l’espérance et de la reconstruction ; si la prudence reste cependant de mise, la peur n’est pas digne de l’humanité et le doute n’a pas non plus sa place.

Au cours des siècles passés, l’humanité a déjà connu à l’échelle mondiale d’autres pandémies dont elle a su collectivement se relever alors que les moyens économiques et les connaissances médicales étaient beaucoup moins développés qu’ils ne le sont aujourd’hui. Certes 2020 aura été une année anxiogène mais aussi un révélateur, l’épidémie nous a mis face à nos fragilités et nous a révélé nos vulnérabilités physiques, psychiques et morales. Durement  touchés sur le plan économique, la cohésion sociale a été mise en danger, la précarité et les inégalités se sont accrues, cependant, même si l’organisation de la prise en charge sanitaire a connu, chez nous, au départ quelques confusions et un certain flottement, nous avons aussi appris et pris conscience que la santé était notre bien commun à tous et que pour nous protéger notre responsabilité comme notre solidarité étaient devenues un enjeu collectif.

A travers les gestes barrière, nous avons compris que nous étions liés les uns aux autres, se protéger pour protéger aussi les autres et réciproquement. La pandémie nous a encore plus largement enseigné qu’elle ne connaissait pas de frontières et notre interdépendance nous est apparue comme une évidence dès lors que la lutte contre le virus devait être organisée non seulement au plan national mais aussi à l’échelle européenne, prise en charge de patients entre pays européens voisins et mise en place d’un programme de soutien économique à l’échelon européen. La recherche de vaccins devant pour sa part se jouer à l’échelle du monde. Le virus a mondialement frappé et c’est maintenant à l’èchelle du monde qu’il va falloir y répondre .

Cela esquisse le visage idéal du ‘’monde d’après’’ qui devra reposer sur une dynamique universelle d’espoir, c’est ainsi que nous pourrons vaincre la crise que nous traversons et que l’humanité pourra échapper au désastre !

Reconstruire le monde est une bien grande ambition, en cela nous devons dès maintenant commencer à penser le ‘’monde d’après’’ en nous laissant guider avant tout par l’espoir et même, pourquoi pas, un peu d’utopie car on doit pouvoir aussi continuer à rêver l’avenir!

Malgré tout la crise de la Covid a eu du bon dans la mesure où elle a contribué à avoir un effet révélateur et à faire évoluer nos comportements et provoquée une prise de conscience collective de nos forces et de nos faiblesses.Comme toujours dans la difficulté, les épreuves nous ont permis de fortifier et de resserrer nos liens en exprimant notre bienveillance et notre solidarité. La pandémie a surement été aussi un moment de vérité entre nous. Si nous voulons commencer à penser ‘’le monde d’après’’ il va falloir accélérer la transition économique, sociale et écologique, penser au climat, retrouver des éco-systèmes respectueux des hommes et de l’environnement, réduire les inégalités sociales…

 Il n’y aura cependant pas de miracle, cette mission sera exigeante, et réclamera de notre part énormément de motivation, d’ardeur et de conviction,  il ne faudra pas non plus croire à l’illusion d’un monde sans effort. 

Notre avenir sera avant tout du ressort de la conscience et de la confiance, voici le vœu exigeant que nous formulons pour l’année 2021.

Yves Alemany 
Président
OLES Japon