Compte-rendu de l’Assemblée Générale du samedi 8 décembre 2018

OLES JAPON
Section Consulaire
Ambassade de France
4-11-44, Minami-Azabu
Minato-ku, Tokyo
cropped-logo-provisoire.png

OLES JAPON
Compte-rendu de l’Assemblée Générale
du samedi 8 décembre 2018

 

Date : samedi 8 décembre 2018
Horaire : 14h30
Lieu : Maison Franco-Japonaise, salle 601

Nombre de participants : 45   (Membres présents : 24 ; Membres représentés : 21) 

Déroulement :

  • Rapport moral par le Président
  • Mot de M. l’Ambassadeur
  • Rapport d’activités par les deux Vice-Présidents : évocation des cas traités par l’OLES JAPON depuis la dernière Assemblée Générale
  • Rapport financier par le Trésorier
  • Présentation et explications par la Secrétaire Générale de la transformation des statuts de l’OLES JAPON en Ippan Shadan Hojin de droit japonais qui devra prendre effet en janvier 2019 et dont la décision avait été prise et actée par un vote lors de la dernière Assemblée Générale du 18 mai 2017. Vote pour donner mandat au prochain Conseil d’Administration de valider ou non l’adoption des statuts proposés.


Le samedi 8 décembre 2018, à Tokyo, les membres de l’association OLES JAPON se sont réunis en salle 601 de la Maison franco-japonaise en Assemblée Générale ordinaire sur convocation du président Yves ALEMANY datée du 16 novembre.

La séance est ouverte à 14h30.

Ouverture

Yves ALEMANY, Président de l’association, ouvre la séance et remercie les Membres présents d’avoir bien voulu assister à cette Assemblée Générale, particulièrement Madame Cécile SAKAI-MINK, Directrice de l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise, qui a cette année encore bien voulu accepter d’accueillir dans ses locaux l’Assemblée Générale, Monsieur Laurent PIC, Ambassadeur de France au Japon, Madame Marie Hélène TEYLOUNI, Consule de France au Japon, ainsi que pour leur soutien constant et unanime les Conseillers Consulaires présents (François ROUSSEL) ou représentés (Evelyne INUZUKA, Thierry CONSIGNY) ; ainsi que les représentants présents des associations fondatrices (UFE, FDM-adfe, AFJ, AFFJJ, Scienscope, FPFRE).

Rapport moral par le Président Yves ALEMANY (résumé)
(lire le texte intégral)

Dans son rapport moral le président de l’OLES JAPON, Yves ALEMANY, souligne le rôle de l’OLES JAPON pour la cohésion de la communauté française au Japon et comme « acteur de la solidarité de proximité » auprès des compatriotes rencontrant des situations de détresse ou d’urgence au Japon.
Il souligne la coordination étroite et la complémentarité de l’action de l’OLES avec celle des services consulaires, qu’il seconde, complète et prolonge.

La force de l’OLES tient à sa nature d’ « association citoyenne pluraliste », à sa gouvernance basée sur le dialogue et le respect mutuel, et à son éthique basée sur le bénévolat : « chaque yen » versé à l’OLES sert donc intégralement à financer les besoins d’aide sociale.

Il faut noter cependant que la majorité des cas ne nécessite pas d’aide financière (seuls 5 cas avec aide financière sur les 32 traités au dernier exercice). Selon les cas l’OLES offre d’abord un soutien moral et un soutien en termes d’informations. En cas de besoin financier avéré, ce n’est qu’après avoir épuisé les possibilités familiales et les ressources de l’aide sociale japonaise qu’un prêt d’honneur sans intérêts est envisagé.

La moitié des réserves financières actuelles de l’OLES proviennent de fonds publics, mais si les dons issus de la réserve parlementaire (sénateurs et député) ont joué un rôle capital au moment de la création de l’OLES (63 000 euros au total) les contributions publiques sont désormais plus modestes : l’OLES a reçu en 2018 une subvention de 1500 euros au titre du Conseil Consulaire de la Protection et de l’Action Sociales, et 4 500 euros au titre du STAFE pour la création d’un livret d’information sur le droit et les aspects culturels de la famille au Japon (les questions de mariage et de divorce étant une cause fréquente de recours à l’OLES). L’OLES s’efforce donc d’augmenter son auto-financement avec, en plus des cotisations et des dons, des initiatives comme le Cassoulet de la Solidarité de mars 2018 qui a rapporté 700 000 yens (environ 5000 euros).

Mais la première priorité de l’OLES est actuellement de finaliser les démarches pour obtenir le statut d’association japonaise : Ippan Shadan Hôjin conformément à la décision de la précédente Assemblée Générale. Dans ce but, le Président demande à l’Assemblée Générale d’accorder mandat au Conseil d’Administration pour approuver les nouveaux statuts (qui seront aussi proches que possible des statuts actuels) quand ils seront prêts courant janvier 2019.

Mot de l’Ambassadeur M. Laurent PIC (résumé)

Laurent PIC, Ambassadeur de France au Japon, adresse d’abord ses remerciements au président Yves ALEMANY pour l’hommage rendu par celui-ci au travail de l’Ambassade et des services consulaires en faveur des Français en difficulté, et pour l’action de l’OLES JAPON qui joue désormais un « rôle indispensable » pour les compatriotes ayant besoin d’aide au Japon, en coordination étroite et en complémentarité avec l’action de l’Ambassade : 

« Une communauté solidaire est un atout pour la promotion des intérêts de la France dans ce pays. (…) Il n’y a aucune contradiction entre la défense des intérêts de la France et la protection individuelle ».

M. l’Ambassadeur fait le point ensuite sur l’affaire de la disparition tragique de la Française Tiphaine Véron, sur l’action de l’Ambassade auprès des autorités japonaises, sur la communication régulière établie avec la police japonaise, et sur la coopération judiciaire désormais lancée.

Il évoque également en détail la question des conflits parentaux franco-japonais (et l’impossibilité, pour certains enfants de parents séparés, de tout contact avec l’un de leurs deux parents), l’implication constante et les initiatives de l’Ambassade de France sur ce douloureux dossier, mais aussi les difficultés liées à l’état de la législation et des mentalités au Japon. Les décisions de justice obtenues par application de la  Convention internationale de la Haye sur les enlèvements internationaux d’enfants ne sont souvent pas suivies d’effets. De plus, la législation japonaise ne comprend pas de dispositif qui permette d’assurer réellement les droits garantis par la Convention internationale des droits de l’enfant de l’ONU.

Les moyens de pression pour faire changer les choses sont une mobilisation coordonnée européenne (comme le rendez-vous d’avril 2018 avec la ministre de la Justice du Japon), où les ambassadeurs de France et d’Italie jouent un rôle déterminant, et des interventions directes fréquentes de l’Ambassade et du Consulat auprès du Ministère des Affaires Etrangères et parfois même auprès du Ministère de la Justice japonais.

M. l’Ambassadeur conclut en soulignant l’extrême mobilisation des services consulaires face à toutes les affaires de Français en situation d’urgence et de détresse, malgré une situation « limite » en terme d’effectifs suite aux récentes suppressions de postes.

Rapport d’activités par les deux Vice-Présidents : évocation des cas traités par l’OLES JAPON depuis la dernière Assemblée Générale

Michel LACHAUSSÉE et François ROUSSEL présentent un bilan des cas traités par l’OLES depuis sa création et durant l’exercice 2018.

98 cas au total ont été traités depuis la création de l’OLES JAPON en mars 2015.
2015 : 14 cas ; 2016 : 26 cas ; 2017 : 26 cas ; 2018 : 32 cas.

Parmi lesquels :

Demandes d’aide financières : 30 (accordées : 22)
Conflit familial : 25 (dont 23 concernant des couples franco-japonais)
Problème médical ou psychiatrique : 30 (18 cas médicaux et 12 psychiatriques)
Rapatriement : 15 dont 12 avec financement par l’OLES JAPON
Conflit du travail ou recherche d’emploi : 7
Disparitions : 4 (2 personnes jamais retrouvées, 1 décédée, 1 retrouvée)

Puis les 32 cas traités pendant le dernier exercice sont présentés un par un de façon résumée et anonymisée. Seuls 5 cas ont nécessité une aide financière (pour un montant total de 786 993 yens).

Rapport financier par le Trésorier

Conformément aux statuts de l’OLES JAPON Eric LAURENS, Trésorier de l’association, présente le bilan financier pour l’exercice précédent, soit du 1er janvier au 31 décembre 2017. 

Les recettes s’élèvent à 4,7 millions de yens (env. 37 000 euros), dont :
–     2,2 millions de yens de subventions provenant de la Réserve parlementaire (4 donateurs)
–     1,2 millions de yens de cotisations
–     0,7 million de yens de dons (Ambassadeur de France et association Français du Monde – Tokyo)
–     0,6 millions de Yens de remboursements de prêts

Les dépenses s’élèvent à 1,5 millions de yens (env. 12 000 euros), dont 99,8% en aides versées à 7 personnes (prêts d’honneur : 98,6% ; dons : 0,4%).

La trésorerie de l’association s’élève en fin d’exercice à 10,059 millions de yens (env. 79 000 euros).  

Présentation et explications par la Secrétaire Générale de la transformation des statuts de l’OLES JAPON en Ippan Shadan Hojin

Présentation et explication du projet de nouveaux statuts et du passage en Ippan Shadan Hojin, par Ayano KANEZUKA, Secrétaire Générale de l’association. Les statuts actuels ayant été rédigés en 2015 dans l’optique de faciliter un passage éventuel au statut de Ippan Shadan Hojin, les modifications à opérer sont assez minimes. Les nouveaux statuts seront aussi oproches que possible des statuts actuels. Les seules modifications seront celles rendues absolument obligatoires par la réglementation.

Le président Yves ALEMANY propose à l’Assemblée Générale de donner mandat au Conseil d’Administration pour valider les statuts définitifs lors de sa prochaine réunion en janvier 2019.

Votes

Il est procédé à trois scrutins à main levée.
Rapport moral : adopté à l’unanimité (45 voix/45).
Rapport financier : adopté à l’unanimité (45 voix/45).
Mandat accordé au Conseil d’Administration pour la future validation des statuts de Ippan Shadan Hôjin : adopté à l’unanimité (45 voix/45).

 

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 16h30.

Publicités

Comité de soutien à la famille de Tiphaine Véron

Acteur représentatif de la solidarité collective de proximité de la communauté française du Japon, l’OLES est intervenu en 2018 pour répondre à 36 cas restés anonymes de personnes en difficulté, éprouvées et fragilisées par les aléas de la vie. L’OLES leur a apporté soit un soutien moral soit une aide financière ponctuelle sous la forme d’un prêt d’honneur.
Le destin tragique de Tiphaine Véron dont la disparition à Nikko le 29 juillet dernier reste, à ce jour, toujours incompréhensible et inexpliquée constitue un cas extrême qui appelle à un engagement collectif élargi permettant la mobilisation de moyens d’entraide accrus. L’OLES engage donc, toutes celles et tous ceux qui souhaitent apporter leur concours d’une manière ou d’une autre pour parvenir à retrouver Tiphaine, à rejoindre le comité de soutien à la famille de Tiphaine Véron selon les modalités décrites.

tiphaine françaistiphaine 日本語tiphaine english

 

Participez au Cassoulet de la Solidarité 2019 !

Je m’inscris au Cassoulet de la Solidarité 2019 en faveur de l’OLES Japon
(cliquer ici) 予約はこちら 

soiree oles cassoulet 2019.jpg

CASSOULET DE LA SOLIDARITÉ 2019 EN SOUTIEN À L’OLES JAPON le 27 février 2019. Avec le patronage de l’Ambassadeur de France au Japon, Laurent Pic.

Consacrer une soirée par an à la Solidarité est un engagement qui n’est pas trop exigeant surtout s’il s’agit de partager le Cassoulet de la Solidarité spécialement préparé par le Maître Cassoulet, Andre Pachon ! Bien sûr qu’il est possible de se faire plaisir tout en pensant au bien commun; se réunir autour de la même table pour partager un plat populaire peut très bien être un acte citoyen dans la pure tradition des grands banquets républicains destinés à renforcer le lien social.

L’OLES poursuit sa Mission de proximité d’Entraide et de Solidarité en liaison étroite avec l’Ambassade et le Consulat de France pour répondre au quotidien à des cas humains souvent difficiles et douloureux. En trois années d’activité, l’OLES a apporté un soutien moral ou une aide matérielle à 100 de nos compatriotes. Participer au Cassoulet de la Solidarité c’est donc participer à cet engagement collectif en échange d’une soirée conviviale. A l’occasion de cette soirée nous célèbrerons le changement de statuts de l’OLES qui devient  » Ippan shadan hojin  » preuve du rayonnement de son action devenue d’utilité publique pour la communauté française du Japon. L’an passé s’est exprimée une forte résonance humaine en faveur d’un collectif d’entraide agissant pour le bien commun au nom de tous les Français du Japon, soyez aussi nombreux cette année à venir soutenir l’OLES en partageant avec enthousiasme et ferveur le Cassoulet de la Solidarité.
On peut s’inscrire par fax ou par e-mail en suivant les indications données dans l’annonce, ou bien en cliquant ici :  Je m’inscris au Cassoulet de la Solidarité en faveur de l’OLES Japon

Cliquer ici pour télécharger l’annonce au format pdf

Partout au Japon et quelle que soit leur forme, toutes vos initiatives en soutien à l’OLES Japon sont les bienvenues !

Message de NOËL et du NOUVEL AN du Président de l’OLES-Japon

Message de NOËL et du NOUVEL AN du Président de l’OLES-Japon

Fidèle à mon habitude et en toute simplicité, comme chaque année, je me prépare à partager avec vous mon message de Noël et de Nouvel An.

Par ces temps incertains, que le langage est compliqué et difficile ! Je dois pourtant m’y risquer puisque vous m’attendez.

Sans chercher à vouloir commenter l’actualité, mais on ne peut pas non plus rester sourd aux débats de société, la première réflexion qui me vient à l’esprit est que le premier Noël, le Premier Matin du Monde, était un acte subversif. On était déjà en « état d’urgence », il fallait déjà sauver le monde et pour cela la proposition était déjà la « mondialisation heureuse » !  C’est ce que devait nous apporter le Christianisme.

Deux mille ans plus tard, « l’état d’urgence » demeure persistant, nous arrivons en cette fin d’année à bout de souffle : crise financière, morale, sociale, politique, écologique, identitaire et culturelle et tout n’a pas encore été dit sur la détresse et la misère humaine, la précarité et la pauvreté. Rien ne protège plus de la violence, de la peur, de la précarité, de la misère morale, matérielle et affective. Il faut entendre ce drame, l’angoisse règne, le vertige du vide attire.

Quand tout va mal, on appelle à la trêve pour Noël, on souhaite que le temps suspende son vol le temps nécessaire pour retrouver un peu de calme et de sérénité.

A l’origine, à Noël, bien avant l’avènement du Christianisme, on célébrait le culte du Soleil à l’occasion du solstice d’hiver. Puis on a ensuite salué la naissance de Jésus comme « la Lumière du Monde » mais on a crucifiée « la lumière » ! Plus tard les « philosophes des Lumières » ont voulu prendre la relais mais à leur tour ils furent dénigrés et combattus. Il me semble que notre monde n’a jamais autant eu besoin de Lumière. « Mehr Licht », plus de lumière, réclamait Goethe au moment de rendre l’âme, on peut imaginer à quelle Lumière il faisait référence. C’est plus au mythe de Sisyphe qu’à celui de Prométhée que l’humanité est aujourd’hui confrontée. La vie des hommes est tissée de bonheur et de malheur, il n’y a pas de joie qui ignore la peine.

Au cœur des hommes l’attente reste toujours aussi forte, la « Promesse » est toujours aussi attendue, mais, au final, cette promesse d’un monde plus juste et plus équitable apparait de plus en plus dérisoire à un trop grand nombre dans un monde de plus en plus anxiogène, égoïste et violent. En vérité « la Promesse » ne peut venir que de ceux- là mêmes auxquels elle s’adresse ! On arrive à un moment de rupture et pour éviter que la « mondialisation heureuse » devienne un cauchemar pour certains, il nous faut dûment retrouver l’Esprit de Noël, réhabiliter « la Christmas Attitude », éloignée de tout clivage idéologique qui pendant des années a su allier sans que cela fasse polémique l’espérance chrétienne à l’idéal républicain d’Egalité et de Fraternité. La Liberté de conscience étant de remplir notre devoir d’homme et de citoyen à l’égard des plus faibles et des plus démunis.

S’il y a beaucoup de désespoir, il y a aussi beaucoup d’espoir. Le chaos est à l’origine du big bang et nous avons besoin d’un grand big bang moral non seulement pour remobiliser les esprits mais aussi redonner au citoyen le sens de la responsabilité et de l’engagement. Chacun doit y prendre sa part, c’est la Mission que l’OLES s’efforce de remplir tout au long de l’année en liaison avec l’Ambassade et le Consulat pour aller à la rencontre de nos compatriotes les plus fragiles, en situation de détresse morale ou matérielle ; en 2018 l’OLES a été sollicité trente huit fois.

En cette période de fêtes, c’est le moment où la solitude est ressentie de la manière la plus dure ; l’attention de l’OLES se porte vers nos compatriotes isolés, éloignés ou privés de leur famille, vers ceux qui sont à l’hôpital, vers ceux qui fêteront Noël en garde à vue ou en prison, les plus célèbres comme les plus modestes méritent notre attention. Nous aurons aussi une pensée émue et pleine de compassion pour la famille de Tiphaine tragiquement disparue à Nikko au début de l’été avec laquelle nous sommes unis et solidaires et aussi pour la famille de Théophile. Mais heureusement il n’y pas eu que des drames et des malheurs, il y a eu aussi des moments jubilatoires comme la soirée du Cassoulet de la solidarité à laquelle 120 personnes ont participé.  2018 c’était aussi le 160ème anniversaire des relations Franco-Japonaises et nous affirmons aussi notre solidarité avec notre Pays d’accueil, Noël doit être aussi un temps de partage et d’échanges pour renforcer l’amitié franco-japonaise.

Nos perspectives et nos engagements pour 2019, continuer à encourager le lien social et le désir d’être ensemble, faire vivre avec force et vigueur les valeurs d’égalité et de fraternité au sein de notre communauté française du Japon, continuer à renforcer le projet collectif et fédérateur de l’entraide et de la solidarité comme fond commun de notre humanité partagée. Nous serons bien sûr confrontés à de nouveaux problèmes ou à d’anciens problèmes qui perdurent comme la garde partagée des enfants privés de l’un de leurs parents à la suite d’un divorce mais soyez assurés que l’OLES renforcé dans sa volonté d’agir par ses nouveaux statuts de « ippan shadan hojin » poursuivra sa mission avec la même détermination et le même cœur.

JOYEUX NOËL et BONNE ANNEE

Bien cordialement

Yves ALEMANY
Président OLES Japon

Assemblée Générale OLES Japon samedi 8 décembre 2018

oles ag 2 - copie

Chers Adhérentes et chers Adhérents,
Monsieur l’Ambassadeur et cher Laurent,
Madame la Consule, chère Marie-Hélène,
Cher-e-s Ami-es

Bienvenue à toutes et à tous à l’Assemblée Générale de l’OLES Japon et merci de votre présence malgré vos très nombreuses occupations en cette fin d’année très chargée.

Tout d’abord, permettez-moi de remercier très sincèrement Madame Sakai-Mink , directrice de l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise, pour avoir à nouveau cette année,  très généreusement accepté d’accueillir l’Assemblée Générale annuelle de l’OLES Japon alors qu’aujourd’hui même elle était avant tout tenue par un colloque sur le cinéma muet qui se tient en ce moment à l’auditorium de la MFJ où du reste elle invite ceux qui le souhaiteraient à venir assister à partir de 18H00 à une séance de projection de cinéma muet dans la tradition c’est-à-dire je crois avec un accompagnement musical live. Madame Sakai-Mink a toujours considéré le rôle de l’OLES comme essentiel comme acteur de la solidarité pour lutter contre le fatalisme de l’indifférence et des inégalités que celui-ci engendre et c’est donc conformément à ses propres valeurs et selon ses convictions qu’elle a mis cette salle à notre disposition.

Nous sommes très heureux d’être honorés par la présence de Monsieur Laurent Pic, Ambassadeur de France.    Monsieur l’Ambassadeur, cher Laurent, votre prise de fonction a marqué un renouveau important pour la vie associative française qui a retrouvé la confiance après une période d’éclipse, votre présence parmi nous cet après-midi malgré de nombreuses obligations en témoigne ; vous témoignez d’une constante attention et bienveillance à l’égard de la communauté française qui vous en est très reconnaissante. Le bien-être de nos compatriotes vous préoccupe dans sa composante sociale et humaine ce qui rejoint la culture associative, j’en veux pour preuve votre présence au comité des Bourses et au CCPAS, (Comité Consulaire pour l’Action Sociale) que vous présidez très régulièrement, mais aussi votre engagement à œuvrer de toute votre force pour faire avancer la question de la garde partagée pour les pères privés de leurs enfants qui est un sujet qui, malheureusement, revient très souvent dans les dossiers que l’OLES a à traiter. Enfin, je tiens à saluer votre intervention très courageuse et assidue dans le cadre du drame tragique de l’été concernant la disparition de Tiphaine Véron, affaire très douloureuse qui dépasse désormais les compétences associatives et pour laquelle nous devons faire confiance à vos services pour le suivi des relations avec les autorités de police japonaises pour poursuivre et orienter les recherches.

Je salue à présent notre Consule, Marie Hélène Teylouni, arrivée au Japon en septembre et qui, en quelques mois, a pu découvrir la pluralité et le dynamisme de la vie associative française au Japon avec une très grande diversité d’activités culturelles et sociales, toutes apportant leur contribution à la vie de la communauté française du Japon et contribuant ainsi à créer un tissu social associatif d’une très grande richesse. Dans le cadre de l’exercice de son activité régalienne, Marie Hélène a dû aussi très vite entrer dans le bain de l’action consulaire de proximité avec plusieurs cas sociaux sur lesquels l’OLES a aussi contribué à apporter son concours en tant qu’acteur auxiliaire et complémentaire à l’action consulaire pour l’aide sociale. L’OLES doit se féliciter d’avoir pu trouver auprès de notre nouvelle Consule une interlocutrice réceptive et ouverte avec laquelle la gestion des dossiers se partage en bonne intelligence. Nous la remercions et nous l’encourageons à garder une relation de proximité avec la communauté française ‘’qui a besoin qu’on l’aime’’ !

Ensuite, je m’adresse à nos élus, Conseillers Consulaires, qui, depuis le début, se sont toujours engagés en faveur de l’OLES pour les remercier de faire activement campagne pour l’OLES chaque fois qu’ils en ont l’occasion. Evelyne Inuzuka, vice-présidente du Conseil Consulaire pensait pouvoir être avec nous cet après-midi mais elle est retenue en France, elle nous a adressé un mot pour s’excuser avec un message de soutien très chaleureux, de même pour Thierry Consigny qui est à Paris où il est convoqué pour participer au Conseil d’Administration de la CFE, la Caisse de Sécurité Sociale des Français de l’Etranger, il travaille donc pour nous en ce moment.  Seul actuellement présent au Japon, notre ami François Roussel, un des murs porteurs de l’OLES, membre du Bureau, l’un de nos deux vice-présidents avec Michel Lachaussée représentant respectivement l’un et l’autre les deux associations reconnues d’intérêt public FdM/ADFE et l’UFE, je les remercie tous les deux pour leur confiance et leur engagement sans faille.

Enfin, l’OLES Japon étant une « construction collective »qui fédère 17 associations représentatives de la communauté française du Japon dans toute sa diversité socio-culturelle et pluralité d’opinions, unies pour renforcer le lien social afin de venir en aide au plus défavorisés de nos compatriotes, mes collègues, Ayano, Michel, François, Eric et moi-même nous sommes très heureux d’être honorés aujourd’hui de la présence et de la participation de plusieurs présidents dont leur association est Membre Fondateur de l’OLES. Je les salue et je les remercie eux aussi de leur engagement à soutenir l’OLES. Bien entendu l’OLES n’est évidemment pas le seul acteur de la Solidarité dans la communauté française du Japon, chaque association dans le domaine répondant à sa vocation contribue à la solidarité et à resserrer le lien social, néanmoins il y aura toujours la possibilité de mieux coordonner entre nous toutes les bonnes volontés disponibles.

Je salue donc :

-Pour l’AFJ, Eric Gotti, président, Francesca Gotti vice-présidente, Bernard Souroque ancien président et conseiller du nouveau président, Wheymar Deffradas responsable solidarité au sein de l’AFJ
-Pour l’AFFJJ, Christian Raphalen, président et Florence Gay, secrétaire
-Pour Sciencescope, Thomas Silverstone, président
-Pour la Fédération des Professeurs Français Résidant à l’Etranger Anita Morikawa

Ces salutations de courtoisie ont été un peu longues, je m’en excuse, mais elles étaient importantes ; l’OLES a la culture de la courtoisie et de la bienveillance dans ses rapports avec les autres ; la vie associative est un engagement exigeant elle ne doit pas non plus devenir stressante, les débordements sont toujours à craindre, c’est pourquoi nous insistons pour que la vie associative soit toujours vécue de façon amicale et respectueuse des uns et des autres.

À présent je déclare donc ouverte l’Assemblée Générale annuelle de l’OLES Japon :

Au moment où notre pays est confronté à un profond malaise exprimé par les « gilets jaunes » on doit vraiment mesurer l’importance de la cohésion sociale dans notre communauté française du Japon, c’est en grande partie le rôle et la responsabilité de la vie associative dans toute sa diversité et le respect des convictions de chacun de favoriser « le vivre ensemble », dont selon les mots d’Ernest Renan l’unité repose sur « un plébiscite de tous les jours ». Cela fait donc partie aussi de la Mission de l’OLES d’être non seulement un acteur de la solidarité mais aussi à travers son action d’entraide de réduire les inégalités du destin en contribuant à promouvoir un plus grand besoin d’égalité et de fraternité, fondement de notre société, afin de limiter les débordements de mécontentements.

Participer à une Assemblée Générale de l’OLES, j’en conviens, n’est pas franchement un moment ludique, c’est d’abord un moment de Fraternité.  Au cours de cet après-midi nous allons avant tout vous faire plonger dans les difficultés morales ou matérielles que peuvent rencontrer certains de nos compatriotes ici au Japon. C’est donc de l’ombre de notre communauté dont nous allons vous parler, ce dont beaucoup se refusent à vouloir voir et à en entendre parler. Dans une communauté de façon générale plutôt favorisée il y a facilement une perte de mémoire que le malheur existe, passer de la compassion à l’engagement n’est pas facile. Il y a donc beaucoup de bonnes excuses pour ne pas venir participer à une Assemblée Générale de l’OLES car c’est la certitude de se sentir mal à l’aise et d’avoir peut-être à réfléchir aussi à quoi tient sa propre réussite, il y a ainsi toute une stratégie pour fermer les yeux et se boucher les oreilles même chez certains de nos adhérents très enthousiastes et très généreux à l’égard de l’OLES pour qui la qualité de Membre de l’OLES Japon est suffisante pour donner bonne conscience. C’est ainsi, et je ne suis donc pas étonné de constater aujourd’hui une participation qui doit être qualifiée de confidentielle mais, néanmoins, qui témoigne de la part, de vous qui êtes présents, d’un éveil élevé de votre prise de conscience personnelle et sociétale. Merci donc de votre présence et de votre soutien engagé ; la force morale de l’OLES c’est votre engagement que nous essayons de transformer en force d’action. Comme nous l’avons défini : « l’OLES c’est la Solidarité en action »

Dans cette indifférence, il est parfois bien difficile de mesurer de la force du « Contrat Social » qui nous uni comme du degré de fraternité et d’attention que notre communauté est prête à porter aux formes diverses des problèmes sociétaux qui la traversent qui, la plupart du temps, sont considérés comme des cas improbables ou marginaux. C’est la raison pour laquelle, comme vous pouvez le lire sur les T-shirts que portent aujourd’hui les Membres du Bureau de l’OLES nous avons choisi de placer cette année notre Assemblée Générale sous le thème : « A LIFE LIVED FOR OTHERS IS A LIFE WELL LIVED » autrement dit : « UNE VIE CONSACRÉE AUX AUTRES EST UNE VIE BIEN VÉCUE » ! La doctrine républicaine et la doctrine chrétienne s’y retrouvent et s’y rejoignent et cela rejoint également la recommandation de Kant dans le Fondement de la Métaphysique des Mœurs que le Bureau de l’OLES fait complètement sienne : « Agis toujours de telle façon que tu traites l’humanité dans ta propre personne »

L’OLES fait mais ne le fait pas suffisamment savoir, le but de l’Assemblée Générale de l’OLES est donc, dans la mesure de notre devoir de réserve, de lever une partie du voile sur cette part d’ombre qui existe. A travers les 32 cas que l’OLES a eu à connaître et a traité au cours de cet exercice 2017- 2018 vous pourrez mesurer l’engagement de l’OLES et aussi évaluer sa capacité à résoudre des cas humains grâce à une action réaliste et adaptée à chaque cas qui sans cette intervention auraient pu parfois tourner au désastre et voire même au tragique. Ces cas seront analysés et vous seront présentés dans quelques minutes par Michel Lachaussée et François Roussel en complément à ce rapport moral.

Depuis trois ans l’OLES a fait ses preuves et a acquis une réelle expertise et une compétence qui sont aujourd’hui reconnue dans le traitement de la « Solidarité de Proximité » dans le cadre de la CCPAS en complément à l’action régalienne du Consulat.  De façon opportune, selon une opinion croissante, le moment semblerait donc venu de clarifier officiellement la position et le rôle de l’OLES en tant « qu’acteur de la solidarité de proximité » dans le cadre associatif au niveau de la communauté française pour en simplifier la compréhension et l’accès. Ce sujet reste pour le moment ouvert et devrait faire l’objet d’une réunion de concertation placée sous le signe de la bienveillance dans un proche avenir. La solidarité n’est ni une affaire de compétition ni de concurrence. Je rappelle que l’OLES Japon, à l’appel de l’Ambassade de France, a été initialement conçue pour mutualiser l’ensemble des compétences et des moyens associatifs pour le bien commun de tous. Après trois ans le moment serait peut-être venu de parachever cette construction.

Ces trois années d’expérience au travers des divers cas qui se sont présentés à l’OLES, (98 au total), ont également permis de mettre en évidence que la mission de l’OLES n’est pas uniquement de distribuer des aides financières ou de prendre en charge le rapatriement de certains compatriotes s’étant fourvoyés au Japon. Mais c’est de plus en plus aussi un véritable rôle d’ONG humanitaire, c’est-à-dire d’accompagnement qui sort du périmètre de l’action régalienne du Consulat et le libère en quelque sorte de tâches chronophages mais qui néanmoins requiert une très bonne coordination avec les services consulaires car cette action se situe très souvent soit en amont de la nécessité d’une intervention du Consulat, soit en complémentarité ou encore en prolongement de celle-ci. Pour cela l’OLES doit donc agir en bonne intelligence avec le Consulat et c’est une des raisons pour lesquelles une relation de confiance doit prévaloir fondée sur un partenariat privilégié entre l’OLES et le Consulat. Cette complémentarité intelligente a été réellement vécue au cours de cet exercice soit avec Corentin Faiche soit à sa suite avec Marie Hélène Teylouni sur des cas très compliqués et a aussi permis de résoudre plusieurs cas sensibles. C’est l’honneur de l’OLES d’y avoir contribué et on peut aussi dire que c’est l’honneur de la France de savoir être à l’écoute de ses compatriotes en situation de détresse à l’autre bout du monde. L’OLES est donc aujourd’hui une réalité socialement utile pour notre communauté et pour la France et la preuve que nous sommes une collectivité de français de l’étranger responsable et fraternelle.

Ainsi l’OLES consacre de plus en plus de temps à « un véritable travail d’assistance sociale » qui requiert énormément d’écoute, oblige à des rencontres fréquentes, des recherches précises d’informations, de conseils juridiques, de traduction, de correspondances avec les familles en France des personnes en situation difficiles au Japon et un suivi facultatif mais auquel nous tenons auprès des personnes dont l’OLES a dû s’occuper. Cela met en évidence la démarche avant tout humaniste qui est celle qu’a choisi le Bureau de l’OLES pour mener à bien la Mission que vous lui avez confiée. Cet engagement, vous l’avez bien compris exige beaucoup de disponibilité et de pouvoir y consacrer beaucoup de temps, aussi je remercie très sincèrement toute l’équipe qui adhère avec moi à cet esprit humaniste qui permet à l’OLES de remplir sa Mission avec dignité mais aussi avec une très grande efficacité, prouvant ainsi qu’humanisme et efficacité sont bien deux choses compatibles.

Pour bien comprendre ce qu’est l’OLES il est très important de rappeler que l’OLES est fondé sur le pluralisme des sensibilités et des opinions respectueuses des valeurs républicaines, ce pluralisme est garanti par un « noyau dur » constitué des deux associations d’intérêt public FdM/ADFE et l’UFE ; pour sa part le président, fidèle à son engagement, met sa disponibilité et ses forces au service de l’OLES pour assurer  la conduite de l’action en dehors de toute considération partisane dans le plus strict respect de l’intérêt général. L’OLES est avant tout « un lieu de dialogue » ou chacun peut agir sans être obligé de nier ses convictions, il n’y a pas d’idéologie dominante, on y partage l’essentiel c’est-à-dire le refus du repli sur soi-même et notre vision d’ouverture au service des autres et du bien commun. Les liens qui unissent les membres du Bureau qui partagent cette culture sont devenus humainement très forts et résultent en une réflexion collective qui engage l’ensemble du Bureau, vous pouvez être assurés qu’ils remplissent la mission que vous leur avez confiée avec compétences, efficacité et beaucoup de cœur.  Cette action est contrôlée par un Conseil d’Administration qui se réunit deux fois par an, il est constitué d’éminentes personnalités qui, elles aussi, représentent la diversité socio-économique et culturelle de notre communauté : présidents de la Chambre de commerce, de l’AFJ, de l’AFFJJ, de l’Amicale des Cuisiniers et Pâtissiers du Japon, du Syndicat de professeurs  SNES-FSU, je tiens à les remercier chaleureusement non seulement pour leur disponibilité mais encore pour les conseils toujours pertinents qu’ils nous prodiguent.

À présent disons quelques mots sur l’Ethique et la Gouvernance de l’OLES Japon. Comme déjà mentionné, l’OLES Japon est une association citoyenne pluraliste et qui poursuit ses travaux dans le dialogue et la concertation élargi en général aux services consulaires chaque fois que nécessaire. Le bénévolat reste la règle absolue, chaque membre du Bureau prend à sa charge ses frais de déplacements et les frais de réunions relatifs aux actions engagées. Ainsi toutes les cotisations et tous les dons reçus par l’OLES Japon sont en totalité destinés à l’action d’entraide et de solidarité ; nos adhérents peuvent donc être assurés que chaque yen de leurs cotisations serviront intégralement à financer les besoins d’aide sociale. Vous ne trouverez aucune ONG plus rigoureuse que cela.

Concernant le montant des aides accordées au cours de cette exercice, il s’élève à 786.993- Yens pour 5 cas sur 32. Comme vous pouvez donc le constater n’y a pas d’assistanat usurpé, le Bureau est extrêmement vigilant sur les engagements financiers qu’il fait prendre à l’OLES. Notre mode opératoire est le suivant, nous avons d’abord comme principe de base, préalablement à l’octroi d’un Prêt d’Honneur  de faire d’abord avec la personne concernée le tour de l’aide qu’il ou elle  pourrait déjà obtenir de sa famille que nous n’hésitons pas à mettre face à ses responsabilités chaque fois que c’est possible et réaliste, ainsi par exemple, dans le cas d’un rapatriement avant de s’engager à payer le billet d’avion, l’OLES interrogera la famille et s’arrangera pour lui faire payer le billet quitte à ce que l’OLES avance le prix en cas d’urgence du rapatriement. Ensuite nous avons également très souvent constaté que les personnes en difficulté au Japon ignorent la plupart du temps les droits qu’ils ont acquis et les aides dont elles peuvent bénéficier auprès de l’administration japonaise : indemnité chômage, aide juridictionnelle ou encore aide sociale au logement. Nous avons à plusieurs reprises réussi à obtenir le bénéfice de ces aides pour des personnes en grande difficulté. Je vous laisse imaginer que ce n’est jamais facile et que cela requiert beaucoup d’énergie et surtout de patience. Ce n’est qu’après avoir fait l’inventaire de toutes ces aides et exploré toutes les possibilités qu’on pourra donc envisager une aide financière de l’OLES et c’est alors que peut intervenir le fameux « Prêt d’Honneur ». Toute aide financière consentie par l’OLES se fait sur la base, au moins symbolique, d’un prêt qualifié de Prêt d’Honneur accordé sans garantie et à taux zéro, de plus le remboursement est souple et adapté à la situation de chacun. Le Prêt d’Honneur est la formule privilégiée par l’OLES car c’est une manière de responsabiliser le bénéficiaire et de pouvoir lui expliquer que ce n’est pas un dû mais une marque de confiance pour favoriser sa capacité à se redresser et à se reconstruire en le sensibilisant au fait que c’est la communauté française qui l’aide grâce au fonds de solidarité qui est géré par l’OLES mais qui en réalité appartient à la communauté française et qu’il devra loyalement en répondre et faire tous ses efforts pour rembourser, car l’argent de la solidarité doit revenir à la solidarité, pour permettre ensuite d’aider à leurs tours d’autres personnes dans le besoin.

Tout cela vous sera confirmé et présenté à votre approbation un peu plus tard par notre Trésorier, Eric Laurens dans son rapport financier qui a été vérifié et validé par notre Auditrice Christine Meguro que je tiens aussi à remercier chaleureusement car tous les membres du Bureau, comme notre Auditrice, ont aussi une vie professionnelle et familiale, cela doit être aussi mentionné pour mesurer la valeur de leur engagement à servir l’OLES.

Si la Solidarité n’a pas de prix elle a toutefois un coût.  Aujourd’hui le fonds de solidarité est bien pourvu grâce à la « réserve parlementaire » qui existait encore au moment de la création de l’OLES en 2015 et auquel à l’époque ont contribué 10 sénateurs sur 12 représentants les Français établis hors de France ainsi que le député d’alors de la 11ème circonscription pour un montant total de 63.000-€. Si, aujourd’hui, le fonds de l’OLES est bien abondé, de l’ordre de 12 millions de Yens, c’est donc en grande partie grâce à nos élus nationaux ce qui donne à l’OLES une personnalité tout à fait à part dans le réseau associatif car nous gérons en grande partie des fonds publics. Aujourd’hui la magie de l’argent public est finie.  Nous savons que les choses peuvent aussi se dégrader très vite dès lors qu’il n’y a plus de « réserve parlementaire » pour abonder le fonds de solidarité et que l’on constate année après année un accroissement des cas traités par l’OLES. Aussi avons-nous le devoir d’anticiper pour réussir à maintenir le fonds de solidarité à un niveau respectable sachant qu’en l’absence de don de caractère institutionnel ce n’est pas avec la contribution annuelle des adhérents dont la cotisation de base est fixée à 1000-Yens que l’on alimentera le fonds de solidarité. Les adhérents ont un autre rôle, leur adhésion cautionne un projet commun, promouvoir une communauté qui soit un espace de vie dans lequel prédomine les valeurs humaines qui nourrissent la motivation de tous à vivre ensemble avec une vision collective d’un même destin.  Il nous faut donc anticiper et réfléchir à d’autres actions permettant de faire appel à la générosité de nos compatriotes si possible de façon non contraignante et plutôt conviviale car c’est aussi cela une communauté vivante et unie, une capacité à se réunir pour partager ; cette année l’OLES a donc organisé le 12 mars le Cassoulet de la Solidarité au restaurant Pachon avec la généreuse contribution du Chef propriétaire André Pachon, ce fut une soirée chaleureuse et pleine de bienveillance à laquelle ont participé 120 personnes, animée par Patrick Nugier avec la participation de Sublime, soirée à laquelle était présent notre Ambassadeur, visiblement avec joie, je les en remercie. Cette soirée a permis de récolter au total 700.000-Yens entre le diner et les dons reçus à cette occasion. Nous reconduirons certainement le Cassoulet de la Solidarité en 2019.

Autre contribution de fonds publics, reçue par l’OLES en 2018 une subvention de la CCPAS de 1500-Euros, je remercie l’Ambassadeur et le Consul d’avoir bien voulu soutenir cette demande. C’est autant le montant qui importe que la reconnaissance et la caution des pouvoirs publics que cela représente pour les bénévoles de l’OLES et qui leur donne une motivation morale supplémentaire à poursuivre leur mission.

Enfin, dans le cadre du projet STAFE, l’OLES a aussi pu bénéficier en 2018 d’une subvention de 4500-€ afin de réaliser un livret d’information sur les aspects juridiques et interculturels du mariage franco-japonais, qui sera composé d‘une part du contenu de trois conférences organisées cette année à Tokyo par Français du Monde avec le concours du Barreau du Tokyo, et d’autre part des résultats d’une étude de caractère sociologique sur les caractéristiques socio-culturelles des couples franco-japonais et ce que cela comporte comme ajustements culturels de la part des conjoints pour qu’une union soit réussie. Cette étude sera conduite sous la direction de Jean-Michel Butel, présenté par l’UFE, sociologue et anthropologue spécialiste du sujet et qui a été pensionnaire à la Maison Franco-Japonaise. L’Association des Familles Franco-Japonaises du Japon sera également partenaire de ce projet.

Au vu du nombre de cas de conflits parentaux parmi les couples franco-japonais traités par le Bureau de l’OLES très souvent en liaison avec le consulat, nous avons considéré que ce sujet était devenu un sujet majeur pour notre communauté avec un accroissement important des mariages franco-japonais et qu’il convenait non pas de décourager les candidats au mariage mais de bien les informer de ces différences culturelles qui peuvent influencer la vie des couples car au final en cas de conflit ce sont les enfants qui deviennent l’enjeu de la dispute et très souvent les pères français qui sont victimes de la jurisprudence japonaise qui n’accorde pas la garde partagée. Monsieur l’Ambassadeur connait  très bien le sujet car il est aujourd’hui le principal intervenant parmi ses collègues ambassadeurs pour intervenir auprès du Ministre de la Justice Japonais pour demander au Japon selon la Charte des Nations Unies de reconnaître enfin les droits de l’enfant, en particulier de pouvoir connaitre ses deux parents, nous l’en remercions très sincèrement car cette situation de fait  conduit de nombreux pères français à des conduites désespérées comme nous en avons été dernièrement les témoins.

C’est aujourd’hui pour finir que Maitre Ayano Kanezuka aurait dû normalement vous présenter et vous demander d’approuver nos nouveaux statuts pour passer en Ippan Shadan Hôjin dont le principe avait été acté lors de notre dernière Assemblée Générale du 18 mai 2017 mais notre réflexion n’est pas encore tout à fait mure ni terminée et nous avons encore quelques hésitations sur la forme juridique. Nous ne sommes donc pas prêts et nous préférons donc humblement vous en informer. L’Assemblée Générale ne consiste pas uniquement à faire l’hagiographie de l’OLES, elle est aussi faite pour reconnaître et avouer ses points faibles. L’OLES est à l’évidence beaucoup plus prompt à répondre aux cas d’urgences humaines qu’à traiter les dossiers administratifs, nous aurons à nous améliorer dans ce domaine et nous comptons bien sur nos Administrateurs pour nous y rappeler.  Comme cela avait déjà été expliqué avoir un statut de Ippan Shadan Hôjin ne changera rien de l’Esprit dans lequel l’OLES continuera à mener sa mission mais l’obligera à un peu plus de contraintes administratives et comptables ; surtout cela doit permettre à l’OLES de sortir de la clandestinité par rapport à la réglementation japonaise, et de pouvoir clarifier la situation sur le plan financier et fiscal sachant que la banque s’interroge toujours sur l’identité réelle du compte de l’OLES, nous obtiendrons ainsi une totale transparence. Parmi les autres avantages d’avoir un statut juridique officiel, cela facilitera aussi les dossiers administratifs côté français ; chaque fois que, par exemple, nous faisons une demande de subvention au Ministère (MAE) il est demandé quel est le statut juridique de l’association sachant que le Ministère est plus à l’aise pour accorder une subvention à un organisme qui a une existence juridique. Un statut officiel permettra également de recevoir plus facilement les dons de mécènes qui pourront être partiellement défiscalisés. De plus, j’espère que cela ne sera jamais le cas, mais ce statut nous protègera aussi en cas de recours malveillants.

Nous allons donc nous remettre à l’ouvrage dès la semaine prochaine pour continuer à travailler sur nos nouveaux statuts et je demanderai pour cela le concours du Conseil d’Administration. Comme Ayano Kanezuka vous l’expliquera, ces statuts ne devraient pas être très différents des statuts actuels puisque ceux-ci avaient déjà été rédigés dans la perspective de cette évolution vers un possible enregistrement officiel en Ippan Shadan Hojin. Nous visons un enregistrement courant janvier 2019. Comme ce n’est pas dans l’esprit du Bureau de l’OLES de faire passer ces statuts par ordonnance ou en faisant appel au 49-3, je voudrais donc vous demandez de bien vouloir accorder mandat au Conseil d’Administration pour approuver ces nouveaux statuts dès qu’ils seront prêts si non nous devrions soit convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire ce qui serait un peu fastidieux soit reporter l’approbation à la prochaine Assemblée Générale Ordinaire dans un an. Je vous remercie de votre compréhension et de votre bienveillance et je vous laisse donc décider en bonne intelligence sachant que ce qui prime avant tout c’est toujours l’intérêt général et la conscience collective qu’on en a.

Merci de votre attention et de votre présence cet après-midi et merci bien sûr de continuer à soutenir l’OLES. En conclusion de ce rapport moral je tiens à ce que nous méditions ensemble cette pensée de Martin Luther King :

« C’est à chacun d’entre nous de décider s’il marchera dans la lumière de l’altruisme créatif ou dans les ténèbres de l’égoïsme destructeur. »

Yves Alemany
Tokyo, 8 Décembre 2018

Participez au grand Cassoulet de la Solidarité ! (12 mars 2018)

→ Je m’inscris au Cassoulet de la Solidarité en faveur de l’OLES Japon
(cliquer ici) 予約はこちら 

CASSOULET DE LA SOLIDARITÉ EN SOUTIEN À L’OLES JAPON (12 MARS 2018)
À l’occasion du 3e anniversaire de sa fondation le 11 mars 2015, l’OLES Japon a le plaisir de vous convier, lundi 12 mars 2018, au « Cassoulet de la Solidarité », une initiative citoyenne d’André Pachon, membre de l’OLES Japon. En présence de Monsieur Laurent Pic, Ambassadeur de France au Japon, et sous le parrainage de l’Académie Universelle du Cassoulet Filiale Japon, venez savourer dans une ambiance conviviale la spécialité du Maître Cassoulet ! La somme de 3000 yens par couvert sera reversée au fonds de solidarité de l’OLES. L’OLES Japon remercie du fond du coeur M. Pachon. Nous espérons une très nombreuse participation à cette soirée.
Partout au Japon et quelle que soit leur forme, toutes vos initiatives en soutien à l’OLES sont les bienvenues !

→ Je m’inscris au Cassoulet de la Solidarité en faveur de l’OLES Japon
(cliquer ici)
予約はこちら  


Télécharger l’annonce au format pdf (cliquer ici)

Assemblée générale 2017 : rapport moral

CA OLESimage3 (1)image4

 

 

 

 

 

 

L’OLES Japon a tenu jeudi 18 mai son Assemblée Générale annuelle à la Maison Franco-Japonaise. Ceux des adhérents qui ont eu un empêchement et qui n’ont pas pu y participer pourront prendre connaissance du rapport moral ci joint et faire éventuellement part de leurs commentaires. Merci de continuer à soutenir l’OLES Japon qui oeuvre pour le bien commun de la communauté française du Japon et contribue à resserrer le lien social.

Rapport moral

Chers Adhérentes, chers Adhérents, chers Ami(e)s

Bienvenue à l’Assemblée Générale de l’OLES Japon et merci de votre présence malgré vos très nombreuses occupations.

Tout d’abord, permettez-moi de remercier très sincèrement et très chaleureusement Madame Sakai-Mink, directrice de la section française à la Maison Franco-Japonaise, pour avoir bien voulu accepter de nous accueillir ici, ce soir à la MFJ pour y tenir notre Assemblée Générale annuelle. C’est une symbolique forte de nous retrouver dans ce lieu de recherche et de culture franco-japonaises puisque l’OLES Japon s’adresse non seulement aux franco-français, mais aussi aux conjoints japonais de familles franco-japonaises.

Je déclare donc ouverte l’Assemblée Générale de l’OLES Japon afin de vous rendre compte de l’exercice 2016-2017.

L’Assemblée Générale de l’OLES Japon, c’est en quelque sorte l’assemblée générale des « invisibles » de la communauté française du Japon : les personnes en difficulté et en souffrance que l’on connaît le moins et que l’on ne voit généralement pas. Depuis le 11 mars 2015, date de sa fondation, l’OLES est à leur écoute par délégation de l’ensemble des forces vives de la communauté française puisqu’il convient de le rappeler, l’OLES Japon est « une construction collective » qui fédère toutes les associations représentatives de la communauté française au Japon qui se sont unies pour mutualiser leurs compétences et leurs moyens pour le bien commun de tous, non seulement en faveur des plus défavorisés mais aussi de l’ensemble de nos compatriotes en général, puisque le but de l’OLES Japon est principalement de renforcer le lien social au sein de notre communauté française du Japon.

L’OLES Japon ne se veut pas, cependant, être, à elle toute seule, la « bonne conscience » de la communauté française du Japon, elle est, aux côtés d’autres associations, principalement nos Membres Fondateurs, « l’un » des principaux acteurs de la « solidarité de proximité ».

Ce qui caractérise principalement l’OLES, c’est de joindre les actes à la parole et d’assurer ensuite le suivi par une action réaliste et adaptée, complémentaire à l’action du Consulat ; j’en profite pour saluer l’action de nos consuls Corentin Faiche à Tokyo et Jean-Mathieu Bonnel à Kyoto ainsi que leurs équipes et pour les remercier de leur soutien.

Néanmoins, l’OLES Japon n’est pas non plus un « prestataire de service » comme parfois certains sembleraient maintenant s’y être habitués, l’OLES Japon veut rester avant tout une « Association Citoyenne » pluraliste dont l’esprit et la démarche restent d’abord et avant tout humanistes et fondés sur le bénévolat, ce qui n’exclut pas d’être performant. Après deux années et demie d’existence, l’OLES Japon commence à avoir un sérieux acquis allié à une solide expertise, en particulier, des arcanes administratifs japonais pour le traitement des cas sociaux, juridiques et familiaux… ce qui nous permet de répondre et d’agir avec une plus grande efficacité. Il reviendra à Michel Lachaussée de vous présenter dans un moment les cas qui ont été traités par l’OLES Japon depuis notre dernière Assemblée Générale. Michel saura certainement le mettre en évidence, cependant j’attire votre attention sur le fait que seulement 1/3 environ des demandes d’aides, après étude approfondie du dossier et entretien avec la personne concernée, appellent à un engagement financier soit sous la forme d’un Prêt d’Honneur, formule que nous privilégions car cela responsabilise, donne l’envie de rebondir et évite de sombrer dans un état d’assistanat, soit sous la forme exceptionnelle d’un don. Tout cela apparaîtra de façon précise et détaillée dans le rapport financier qui vous sera présenté par Catherine Salducci, notre Trésorière. Ceci signifie donc que la majorité des cas traités par l’OLES Japon correspondent principalement à de l’écoute, des conseils juridiques, de l’accompagnement administratif, ou encore des visites à l’hôpital par exemple… Ceci permet d’insister sur la démarche humanitaire, mais surtout humaniste dont le Bureau de l’OLES Japon conçoit sa mission, donc très éloignée de celle d’un prestataire de service, le corollaire de cet engagement vous l’aurez bien compris, étant la disponibilité et le temps que cela exige.

Ce rendez-vous annuel avec nos adhérents à l’occasion de notre Assemblée Générale est aussi très important pour l’équipe du Bureau Exécutif et les Administrateurs, auxquels vous avez accordé votre confiance pour assurer la gouvernance et le fonctionnement de l’OLES et dont vous serez aussi appelés, au cours de cette Assemblée Générale, à renouveler votre confiance pour un mandat de deux ans.

L’OLES Japon, en effet, souffre probablement d’un déficit en communication. « L’OLES fait, mais, l’OLES ne fait pas suffisamment savoir » ! Evidemment comme les cas personnels dont s’occupe l’OLES sont douloureux, cela implique naturellement un devoir de réserve, il serait indécent d’abuser de la compassion pour faire du tapage médiatique. Pas facile donc de mettre en lumière l’action de l’OLES qui est un peu le témoin de la face cachée de la communauté française, mais c’est pourtant une réalité qui existe et qui mérite toute notre attention. Invisible aux yeux, l’action de l’OLES doit toucher votre cœur. La pluralité du Bureau Exécutif, du Bureau Elargi et du Conseil d’Administration sont la garantie de la bonne gouvernance de l’OLES et ce qui structure l’équipe. Dans une société où les tensions peuvent parfois être très vives, l’OLES est « un lieu de dialogue » ou chacun peut agir sans être obligé de nier ses convictions, il n’y a pas d’idéologie dominante, on y partage l’essentiel, c’est-à-dire le refus du repli sur soi-même, et notre vision d’ouverture au service des autres et du bien commun. Les liens qui unissent les membres du Bureau Exécutif sont humainement très forts et je souhaite les remercier nommément en votre nom à tous pour la qualité de leur engagement et pour leur dévouement sans compter leur temps: Ayano Kanezuka, notre Secrétaire Générale, qui traite avec une très grande compétence des dossiers juridiques, Catherine Salducci, notre Trésorière, qui va quitter le Japon en juillet et qui donc ne se représente pas, merci Catherine pour ton excellent travail, Michel Lachaussée, vice-président et François Roussel, vice- président, Michel et François sont également respectivement présidents de l’UFE et FdM/ADFE, les deux associations d’intérêt public qui représentent les Français de l’Etranger, leur rôle et leur engagement à chacun d’eux est primordial.

Disons à présent quelques mots sur l’Ethique et la Gouvernance de l’OLES Japon. Selon le mode de travail déjà établi, l’OLES Japon poursuit ses travaux dans le dialogue et la concertation, ce qui résulte en une réflexion collective qui engage l’ensemble du Bureau. Le bénévolat reste la règle absolue du fonctionnement de votre association, chacun prend à sa charge les frais de fonctionnement relatifs aux actions engagées ainsi toutes les cotisations et les dons reçus par l’OLES Japon sont en totalité destinés à l’action d’entraide et de solidarité ; nos adhérents peuvent donc être assurés que chaque yen de leurs cotisations servira intégralement à financer les besoins d’aide sociale. Cette efficacité et cette transparence sont confirmées par notre commissaire aux comptes, Pierre Sevaistre, que nous souhaitons remercier très chaleureusement pour ses conseils au cours de ces deux dernières années et nous lui adressons tous nos vœux de prompt et complet rétablissement après l’intervention chirurgicale qu’il a subie récemment.

S’agissant du financement de l’OLES Japon, je tiens aussi à remercier très sincèrement nos sénatrices et sénateurs représentant les Français établis hors de France (sénatrices Joëlle Garriaud-Maylam et Jacky Deromedi, sénateurs André Frassa et Olivier Cadic) qui ont contribué en 2016 sur leurs réserves parlementaires à soutenir l’OLES Japon et abonder son fonds de solidarité. Cela vient en complément d’un don déjà effectué en 2015 par les sénatrices : Claudine Lepage, Hélène Conway Muret, et les sénateurs Richard Yung, Jean-Yves Leconte, Jean-Pierre Cantegrit et Robert Denis Delpicchia ainsi que le député de la 11eme circonscription Asie-Océanie, Thierry Mariani. Les finances de l’OLES Japon sont donc saines, notre Trésorière vous présentera dans un moment le compte d’exploitation détaillé y compris avec nos engagements. Il convient aussi de remercier chaleureusement nos trois Conseillers Consulaires : Evelyne Inuzuka et Thierry Consigny, liste Unis pour les Français du Japon et Alexandre Joly, liste Solidaires au Japon, ils sont membres du Bureau Elargi de l’OLES Japon, c’est-à-dire l’organe qui valide les propositions de prêts d’honneur et de dons faites par le Bureau Exécutif après étude des dossiers de demande d’aide. Les Conseillers Consulaires sont les relais des parlementaires représentants les Français de l’étranger et, à ce titre, ils ont un rôle d’influence important auprès d’eux pour solliciter leurs soutiens en faveur de l’OLES Japon.

Avant de conclure, je souhaite maintenant aborder devant vous les perspectives d’avenir pour l’OLES Japon. Si l’OLES Japon a pu susciter au départ, il y a maintenant presque trois années de cela, de nombreuses réserves et inspirer de la méfiance, aujourd’hui tout le monde s’accorde pour reconnaître que l’OLES n’a cédé à aucune idéologie ni à aucun dogmatisme, la seule motivation qui prévaut aujourd’hui est celle du « bien commun » et de « l’intérêt général », chacun peut agir avec ses convictions propres dans un esprit démocratique, républicain et laïc. Avec les 46 cas traités depuis sa création, l’OLES Japon a été fondateur d’une dynamique forte et positive qui a fait complètement évoluer le regard porté sur son rôle et découvrir une autre réalité. Cette dynamique nous invite aujourd’hui à passer de l’ombre à la lumière en faisant évoluer nos statuts pour sortir en quelque sorte de la clandestinité puisque, actuellement, l’OLES Japon n’a aucun statut légal officiel ni au Japon ni en France. Notre Secrétaire Générale Ayano Kanezuka prendra la parole tout de suite après la présentation du rapport financier et les votes d’approbation du rapport moral et du rapport financier pour vous expliquer le nouveau statut de « Ippan shadan hojin » que nous vous proposerons ensuite d’adopter. Il permettra, entre autres, à l’OLES d’avoir une existence juridique qui nous protègera en cas de recours malveillant à son égard, ce statut nous permettra aussi d’ouvrir un compte Paypal et de recevoir officiellement des dons de mécènes ou d’entreprises partiellement défiscalisés, par ailleurs la questure du Sénat a aussi beaucoup insisté dans un souci de transparence pour que nous ayons un statut légal pour autoriser à recevoir les dons effectués par les parlementaires français. Le Conseil d’Administration s’est montré favorable à son adoption.

Enfin, ce soir, vous allez être appelés à renouveler votre confiance aux Administrateurs. Leurs mandats se terminent après deux années d’exercice et, selon les statuts de l’OLES Japon, ils sont autorisés à se représenter pour un second et dernier mandat consécutif de 2 ans. Tous ont souhaité poursuivre leur engagement avec l’OLES sauf deux d’entre eux, Catherine Salducci qui quitte le Japon et Christophe Paucod qui a passé le relais en tant que président de l’Amicale des Cuisiniers-Pâtissiers. L’une et l’autre ont suggéré un candidat pour les remplacer, Charlotte Lafitte et Olivier Oddos qui souhaitent apporter leur contribution à l’OLES. En dehors de ces deux candidats, il n’y a eu personne d’autre qui ait répondu à l’appel à candidature lancé selon la procédure prévue par les statuts. Cela signifie donc qu’en principe tous les candidats devraient donc être élus ou ré-élus. Par ailleurs, notre commissaire aux comptes, Pierre Sevaistre, a souhaité se retirer pour raison de santé, une candidate, professionnelle compétente, Christine Meguro, est prête aussi à le remplacer.

Il est toujours décevant de ne pas réussir à avoir plus de candidats, mais compte tenu du fait que l’OLES Japon est encore une toute jeune association, la reconduction de l’équipe pour un second mandat semble être une excellente manière de permettre de consolider l’action et de pérenniser le rôle de l’OLES. La confiance et la force des liens qui unissent les membres du Bureau et les Administrateurs entre eux est aussi nous semble-t-il un gage de la crédibilité que vous pouvez accorder à cette équipe pour poursuivre la mission de l’OLES Japon toujours dans le même esprit de dialogue, de justice et d’équité. Nous vous remercions donc à l’avance de bien vouloir lui accorder votre confiance. Le Bureau sortant est néanmoins conscient qu’au cours du nouvel exercice, il va falloir favoriser davantage le recours aux volontaires pour soulager le travail du Bureau et, ainsi, promouvoir aussi une méthode active pour préparer la relève. Enfin, prenant en considération le nombre de plus en plus important de demandes d’aide qui parviennent du Kansai et du Japon de l’Ouest, le Bureau sortant recommande d’établir une ou deux délégations dans le Japon du sud à Kyoto et probablement aussi à Fukuoka, c’est un dossier qui sera traité dès la rentrée de septembre.

Chères Adhérentes, chers Adhérents, vous êtes à présent en mesure de porter un regard éclairé sur l’action de l’OLES Japon et nous vous remercions, maintenant, d’accorder votre approbation à cette équipe qui remplit la mission que vous lui avez confiée avec cœur, courage, abnégation et compétence.

Vous l’aurez bien compris, l’OLES c’est le sens du possible, c’est l’expression d’une énergie sociale vivante et agissante. L’OLES agit en votre nom à toutes et à tous, c’est une réalité socialement utile pour notre communauté et la preuve que nous sommes une collectivité responsable et fraternelle. Merci de votre attention et merci de continuer à soutenir l’OLES Japon.

 

Yves Alemany
Président OLES Japon